[15/07/2019]    

Insécurité régionale/L’Afrique de l’ouest au secours de la force G5 Sahel



Abidjan (© 2019 Afriquinfos)- D’après une annonce faite vendredi dernier par le président ivoirien Alassane Ouattara, le 14 septembre prochain se tiendra à Ouagadougou, la capitale Burkinabé, une réunion des chefs d’Etat d’Afrique. La rencontre en question abordera les questions sécuritaires et va envisager une large coalition au-delà de leur zone pour combattre le terrorisme au Sahel.

« Nous avons convenu d’un sommet extraordinaire de la Cédéao (Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest, 15 pays), le 14 septembre prochain à Ouagadougou pour mieux coordonner nos efforts et (…) prendre toutes les mesures nécessaires pour essayer de combatte le terrorisme », a déclaré à l’issue du sommet des chefs d’Etat de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uémoa).

Le président ivoirien a plaidé pour « une synergie, car il ne suffit pas de s’en tenir aux forces conjointes du G5 Sahel (…), mais il faut que ce soit l’ensemble des pays de la Cédéao, le Tchad et le Cameroun avec nous dans cette coalition », a affirmé M. Oattara.

Malgré la présence de la force antijihadiste Barkhane dans cinq pays du Sahel (Mali, Niger, Burkina Faso, Tchad, Mauritanie) qui mobilise quelque 4.500 militaires qui luttent contre des attaques, le nombre de victimes des attaqurs se chiffre en milliers. Aussi, le déploiement massif de forces de sécurité n’empêche pas la récurrence des attaques qui s’étendent au centre et sud du Mali ainsi qu’au Burkina Faso et au Niger voisins.

Les pays du Sahel s’effondreraient « sur eux-mêmes » et le « terrorisme » y deviendrait incontrôlable sans l’appui de la force française Barkhane, estimait Jeudi, le chef d’état-major des armées françaises, le général François Lecointre.

« Si on n’est pas là, si on part demain et si avec les Européens qui nous accompagnent dans la gestion de cette crise très grave nous n’agissons pas, ces pays s’effondreront sur eux-mêmes, le terrorisme s’y développera de façon incontrôlée, pourra éventuellement gagner et s’exprimer ensuite en France et en Europe et par ailleurs on connaîtra des phénomènes de migration absolument phénoménaux », a-t-il déclaré sur la chaîne d’information CNEWS.

Les interventions de la force française Barkhane sont insuffisantes

Dans ces pays, des zones entières continuent d’échapper au contrôle des forces maliennes, françaises et de l’ONU, qui sont régulièrement visées par des attaques meurtrières malgré un accord de paix avec l’ex-rébellion à dominante touareg dans le nord, censé isoler définitivement les jihadistes.

« La France ne peut pas en quelques mois, ni même quelques années régler un problème réparti sur un territoire très vaste, avec des gens qui sont au milieu des populations, qui les terrorisent », a-t-il souligné.

Selon le général Lecointre, « le problème est par ailleurs bien plus large qu’un simple problème militaire. C’est un problème systémique, qui comporte des sujets de développement, de gouvernance, qui est aggravé par les tensions interethniques, par la sécheresse qui sévit au Sahel ».

Le sommet de l’Uémoa a « condamné vigoureusement les attaques terroristes récurrentes au Burkina, Mali et Niger », trois pays membres de l’organisation.

Il faut préciser que les propositions issues de la rencontre de Ouagadougou devraient être présentées à la prochaine Assemblée générale de l’ONU fin septembre.

AFP et Vignikpo Akpéné

CULTURE

POLITIQUE

SOCIETE

ECONOMIE

SPORT

Image
Construction d’un futur institut mauritanien des arts par les Émirats Arabes Unis
Image
Le sommet de Nouakchott salue les succès militaires et demande l’annulation de la dette
Image
Le Bernard Madoff mauritanien déclare 2 chamelles et laisse 8 900 personnes sur le tapis
Par Zeinab Filali
Image
BP cédera ses activités pétrochimiques à travers le monde, à Ineos pour 5 milliards de dollars
Image
Tenue de l'Assemblée Générale de la Fédération de Basketball

INTERVIEWS

Image
3 questions à... Sokhna Ly, présidente de la Mutuelle des associations féminines d'épargne et de crédit en Mauritanie

Image
Interview d'Ahmedou Ould Abdallah à Biladi: "Diriger un Etat n’est pas un butin de guerre"

Image
En Afrique, «?la volonté de lutter contre la propagation du coronavirus est bien là?»
Entretien Pour Laurent Arnulf, de la société de service International SOS (1), certains pays africains ont une bonne approche de la lutte contre le Covid-19. Beaucoup ne seront cependant pas forcément capables de faire face à la grande vague de l’épidémie.

Recueilli par Agnès Rotivel,

Image
« La fusariose TR4 représente un défi immense pour la filière banane, mais aussi une opportunité » (Denis Loeillet)

Image
L'Interview de L'homme d'affaires mauritanien, Moustapha Ould Chavi : "Ghazouani fait un bon départ" (...)

"C’est même un secret polichinelle de dire que les trafiquants de drogue au Nord du Mali - poursuivis par la Communauté internationale et les appareils sécuritaires de la sous-région - ont reçu la protection du régime de Ould Abdel Aziz".(ALAKHBAR)

Image
Jean-Michel Jacques : « Au Sahel, les victoires sont discrètes mais régulières »


FAITS DIVERS

Image

Italie : Une mafia sénégalaise démantelée

Image

Un mystérieux assassinat résolu grâce au concours d’un opérateur téléphonique

Image

Dafort: Un crocodile interrompt la pêche et fait des blessés

Image

Elle ferme ses prisons par manque de prisonniers

Image

Avis de recherche : il s’appelle Oumar Séga Touré et a disparu depuis trois jours

Copyright © 2014 La Nouvelle Expression. Tous droits réservés.