[21/11/2019]    

Au Forum de Dakar, les dirigeants du Sahel reposent la question sécuritaire dans la région



Dans la bande sahélienne, les attaques terroristes ne cessent de se multiplier et de s’étendre. Rien qu’au Burkina Faso, elles ont fait près de 700 morts depuis début 2015 et provoqué environ 500 000 déplacés internes et réfugiés, d’après l’ONU, obligeant le Quai d’Orsay, mardi 19 novembre, à placer l’ensemble de ce pays autrefois si sûr en zone «?formellement déconseillée aux voyageurs?».


C’est dans ce contexte régional instable et sous très haute tension que s’est tenue, lundi 18 et mardi 19 novembre, la 6e édition du Forum international de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique. Environ 500 personnes – dirigeants, universitaires, spécialistes, militaires… – ont échangé sur «?les défis du multilatéralisme?», et les chefs d’État présents se sont livrés à un bilan sans complaisance de la situation, s’interrogeant sur les moyens d’action à repenser et réaffirmant la nécessité d’une action commune.

L’engagement français renouvelé
Le premier ministre français Édouard Philippe, présent lors de l’inauguration, a réaffirmé la volonté de la France à soutenir l’Afrique pour plus de stabilité. «?Le président de la République s’est engagé à porter notre aide au développement à 0,55?% du revenu national brut d’ici à 2022, a-t-il déclaré. Cela représentera à terme un effort de 7 milliards d’euros par an, dont l’Afrique sera le premier bénéficiaire. Nous soumettrons en 2020 au Parlement français, une loi de programmation pour inscrire cet engagement dans le marbre.?»

Jusqu’ici épargné par les attaques djihadistes, le Sénégal est un partenaire essentiel pour la France. Depuis 2014, 400 militaires, «?éléments français au Sénégal?», basés à Dakar dans le cadre de l’opération Barkhane, ont ainsi formé 4 000 militaires sénégalais. Si le pays ne fait pas partie du G5 Sahel, force militaire de 5 000 hommes de cinq pays sahéliens – Mauritanie, Mali, Niger, Burkina Faso et Tchad –, financée à hauteur de 414 millions d’euros promis, il devrait rejoindre le «?Partenariat pour la sécurité et la stabilité pour le Sahel?» (P3S), annoncé par Emmanuel Macron et Angela Merkel, au G7 de Biarritz en août. Ce partenariat doit soutenir le G5 Sahel dans sa lutte contre le terrorisme et pour le développement.

L’impérieuse nécessité du multilatéralisme
Du fait de son affaiblissement et des menaces qui pèsent sur le continent, le multilatéralisme a aussi été au centre des discussions. Le président sénégalais Macky Sall a martelé que «?combattre ensemble le terrorisme au Sahel est un impératif de sécurité collective?». D’après le ministre des affaires étrangères sénégalaises, Amadou Ba, «?le multilatéralisme est mis à rude épreuve avec le retour du nationalisme dans les instances de décision?»

Macky Sall et son homologue mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz ont réclamé une réforme de l’ONU, ainsi qu’un mandat renforcé de ses Missions de maintien de la paix, en particulier la Minusma au Mali qui, en pratique, n’apparaît pas en état de pouvoir combattre, et n’a par ailleurs pas reçu pour mission des Nations Unies de faire du contre-terrorisme. Le président mauritanien a ainsi souligné le fossé entre la politique de maintien de la paix onusienne et la réalité de la menace?: «?Les forces statiques de maintien de la paix sont budgétivores et inadéquates avec la lutte contre le terrorisme?», a-t-il accusé.


Clémence Cluzel (à Dakar)
https://www.la-croix.com/Monde/Afrique/Au-Forum-Dakar-dirigeants-Sahel-reposent-question-securitaire-region-2019-11-20-1201061644

CULTURE

POLITIQUE

SOCIETE

ECONOMIE

SPORT

Image
Construction d’un futur institut mauritanien des arts par les Émirats Arabes Unis
Image
La Commission interministérielle annonce de nouvelles mesures préventives
Image
Communiqué du MNPT sur l'affaire des agents de la sécurité routière maltraitant un groupe de citoyens
Image
COVID-19 : LA RDC NE COMPTE PAS FERMER SES MINES
Image
Tenue de l'Assemblée Générale de la Fédération de Basketball

INTERVIEWS

Image
Interview d'Ahmedou Ould Abdallah à Biladi: "Diriger un Etat n’est pas un butin de guerre"

Image
En Afrique, «?la volonté de lutter contre la propagation du coronavirus est bien là?»
Entretien Pour Laurent Arnulf, de la société de service International SOS (1), certains pays africains ont une bonne approche de la lutte contre le Covid-19. Beaucoup ne seront cependant pas forcément capables de faire face à la grande vague de l’épidémie.

Recueilli par Agnès Rotivel,

Image
« La fusariose TR4 représente un défi immense pour la filière banane, mais aussi une opportunité » (Denis Loeillet)

Image
L'Interview de L'homme d'affaires mauritanien, Moustapha Ould Chavi : "Ghazouani fait un bon départ" (...)

"C’est même un secret polichinelle de dire que les trafiquants de drogue au Nord du Mali - poursuivis par la Communauté internationale et les appareils sécuritaires de la sous-région - ont reçu la protection du régime de Ould Abdel Aziz".(ALAKHBAR)

Image
Jean-Michel Jacques : « Au Sahel, les victoires sont discrètes mais régulières »

Image
Karamoko Labass Traoré, activiste: “Que la France quitte le Sahel, la Russie nous assistera”


FAITS DIVERS

Image

Italie : Une mafia sénégalaise démantelée

Image

Un mystérieux assassinat résolu grâce au concours d’un opérateur téléphonique

Image

Dafort: Un crocodile interrompt la pêche et fait des blessés

Image

Elle ferme ses prisons par manque de prisonniers

Image

Avis de recherche : il s’appelle Oumar Séga Touré et a disparu depuis trois jours

Copyright © 2014 La Nouvelle Expression. Tous droits réservés.