[19/01/2019]    

« Luanda Leaks » : la croisade sélective du président angolais Lourenço contre la corruption



Fragilisé par une profonde crise économique, le nouveau régime dépèce l’empire dos Santos tout en améliorant sa crédibilité auprès des partenaires occidentaux et des institutions financières.

Depuis son arrivée à la tête de l’Angola en septembre 2017, le président Joao Lourenço réduit méthodiquement l’emprise du clan de son prédécesseur, José Eduardo dos Santos, dont il fut le dernier ministre de la défense. Général à la retraite de 65 ans formé en Union soviétique, « JLo » a évolué au cœur du Mouvement populaire de libération de l’Angola (MPLA), le tout puissant parti-Etat au pouvoir depuis l’indépendance en 1975. Il en a arraché, fin 2018, la présidence à dos Santos qui a vu les membres de son clan, riches à milliards, se retrouver éjectés du parti, en exil ou dans les filets de la justice angolaise.

Fragilisé par une profonde crise économique, le nouveau régime s’est lancé dans une vaste lutte anticorruption qui a l’avantage de dépecer l’empire de son prédécesseur, tout en améliorant sa crédibilité auprès des partenaires occidentaux et des institutions financières.

« Joao Lourenço était perçu par le bureau politique du MPLA comme celui qui pourrait sauver l’héritage politique d’un parti qui se considère comme le seul représentant légitime de la nation angolaise. Et ainsi conserver le pouvoir et les énormes ressources financières de l’Etat », commente Didier Péclard, analyste politique au Global Studies Institute de l’université de Genève.

Reste que José Eduardo dos Santos « a franchi une ligne rouge au milieu des années 2000 lorsqu’il a substitué son clan “biologique”, sa famille directe, au clan politique au sein duquel s’étaient jusque-là répartis des postes-clés de l’Etat et de l’économie. Isabel dos Santos, elle, illustre la relation d’amour-haine que de nombreux Angolais ont à l’égard du clan dos Santos : si elle a pu incarner une certaine fierté nationale par sa réussite, notamment en rachetant des parts importantes de fleurons de l’économie de l’ancienne puissance coloniale, elle est surtout devenue le symbole le plus évident de la corruption et du népotisme du régime dos Santos ».

Par Joan Tilouine
lemonde.fr/afrique

CULTURE

POLITIQUE

SOCIETE

ECONOMIE

SPORT

Image
Construction d’un futur institut mauritanien des arts par les Émirats Arabes Unis
Image
Mauritanie: Le Conseil des Ministres du jeudi 13 février 2020
Image
NOIRS ET HOMOSEXUELS ? EN MAURITANIE : LA DOUBLE PEINE

Note d’alerte
Image
Urgent : Tidiane Thiam jette l’éponge, son remplaçant connu
Image
Tenue de l'Assemblée Générale de la Fédération de Basketball

INTERVIEWS

Image
L'Interview de L'homme d'affaires mauritanien, Moustapha Ould Chavi : "Ghazouani fait un bon départ" (...)

"C’est même un secret polichinelle de dire que les trafiquants de drogue au Nord du Mali - poursuivis par la Communauté internationale et les appareils sécuritaires de la sous-région - ont reçu la protection du régime de Ould Abdel Aziz".(ALAKHBAR)

Image
Jean-Michel Jacques : « Au Sahel, les victoires sont discrètes mais régulières »

Image
Karamoko Labass Traoré, activiste: “Que la France quitte le Sahel, la Russie nous assistera”

Image
«La Mauritanie ne va pas rejoindre la zone Eco…» (le gouverneur de la BCM)

Image
Mauritanie - Kane H. Baba : « Je ne suis pas propriétaire de l’électorat négro-africain »

Image
François Gaulme: « Emmanuel Macron voulait rayer la référence post-coloniale»


FAITS DIVERS

Image

Italie : Une mafia sénégalaise démantelée

Image

Un mystérieux assassinat résolu grâce au concours d’un opérateur téléphonique

Image

Dafort: Un crocodile interrompt la pêche et fait des blessés

Image

Elle ferme ses prisons par manque de prisonniers

Image

Avis de recherche : il s’appelle Oumar Séga Touré et a disparu depuis trois jours

Copyright © 2014 La Nouvelle Expression. Tous droits réservés.