[04/06/2017]    

Inauguration Fondation Sahel: "Avec et par l’éducation nous vaincrons les tares de notre société, notamment, l’esclavage et ses séquelles mais aussi la discrimination" (Discours du président de la Fondation Sahel)



Le discours du président de la Fondation Sahel

Mesdames…. Messieurs…
Les représentants du corps diplomatique et des Oraganisations ONUsiennes
Les representants de la societé civile
Les hommes d’opinion,
Mesdames et Monsieurs, Honorables invités
Merci du fond du cœur pour avoir répondu présents à mon appel. J’en suis profondément flatté et honoré. Vous avez, par votre présence, répondu « présents » à l’appel de la Fondation Sahel pour la Défense des Droits de l’Homme, l’Appui à l’Education et à la Paix Sociale.
Il s’agit d’une « Fondation », pas un parti politique ni un syndicat. Même pas une ONG au sens traditionnel du terme. Mais une entité sociale entièrement dédiée à un objectif particulier et continu dans le temps, telle que défini dans certaines références.
C’est la « Fondation Sahel » par référence à ce coin du monde, meurtri par l’Histoire et la Géographie, sources de menaces sur la paix dans le monde, théâtre de manœuvres géopolitiques non sans liens avec les ressources dont il regorge et lieu de vie pour des centaines de millions d’habitants qui le chérissent et ne veulent pas le quitter.
C’est la « Fondation Sahel pour la Défense des Droits de l’Homme ». Terme générique, parfois galvaudé et servi à toutes les sauces mais toujours d’actualité. Concept tellement étranger à notre propre culture qu’il nécessite, pour que nous le comprenions, des trésors de pédagogie.
Mesdames et Monsieurs, Honorables invités
C’est la « Fondation Sahel pour la Défense des Droits de l’Homme, l’Appui à l’Education ». C’estun mot magique qu’est « Education ». A ne pas confondre avec une partie de son contenu qu’est « l’Instruction ». Tellement on peut être instruit et sans éducation. Mais, avoir une bonne éducation se conçoit rarement sans l’instruction, le savoir et les connaissances qui vont avec. C’est un vieil enseignant de philosophie qui vous en parle. Un hussard de la République, comme le qualifierait les Français, ayant usé, pendant ses trente années de service, des boîtes et des boîtes de craies friables dans des salles de cours souvent délabrées, qui vous l’affirme. C’est un fruit de l’Education Nationale, jadis appelée « Instruction Publique », avec son système de méritocratie qui récompense l’effort, encourage l’émulation et recherche l’excellence, y compris dans les milieux les plus pauvres et les moins probables, qui vous en parle. Je suis, moi-même, le fruit de cet enseignement publique, jadis gratuit et obligatoire, qui fut le moteur de l’ascenseur social.
Mesdames et Monsieurs, Honorables invités
Aujourd’hui, tous ensemble et avec des milliers d’autres bonnes volontés, nous devons renvoyer l’ascenseur. Renvoyer l’ascenseur à ceux qui sont, de plus en plus nombreux, laissés pour compte dans les bas-fonds de la société, dans les soutes insalubres de notre système social. Ces galériens parqués dans les cales de la société et qui rament sans savoir dans quelle direction ils vont ni quel cap ils doivent tenir. A force de faire des ronds dans l’eau, on finit par ramer à contre-courant, ne plus ramer du tout et se mutiner. Aujourd’hui, la mutinerie est à nos portes. De nombreux événements, dont de très récents, en témoignent.
Mesdames et Monsieurs, Honorables invités
C’est la « Fondation Sahel pour la Défense des Droits de l’Homme, l’Appui à l’Education et à la Paix Sociale ». La Paix sociale ne se décrète pas, elle se construit, depuis la base et les fondements. Elle se réfléchit, se discute et surtout prend beaucoup de temps à se mettre en place.
Il est impossible de bâtir la paix sociale, le pacte de société sur l’ignorance, sur la marginalisation et le mépris. Les hordes d’enfant de la rue, produits et rejetés par nos villes et bidonvilles ou venant de nos campagnes sous l’attrait illusoire de la vie citadine, sont autant de bombes à retardement. Ils sont perdus pour eux-mêmes, pour leurs proches et pour la société toute entière.
Mesdames et Monsieurs, Honorables invités
Certains sont choqués par l’utilisation du mot « apparteid » pour qualifier certaine réalités que vivent certains de nos concitoyens. A l’origine, les Afrikaners appelaient « apparteid » un système social où ils imposaient « le développement séparé ». Allez donc dans certains quartiers de Nouakchott et relevez les signes de mixité. C’est vrai qu’à TavraghZeina on rencontre de somptueuses villas en construction gardiennées par de familles nombreuses habitant des bicoques en planches et tôles ondulées. Allez dans les écoles publiques et relevez, là aussi, le taux de mixité. Ces écoles publiques, au lieu d’être le havre de paix, d’apprentissage, d’instruction et d’éducation, qui en est la vocation première, sont devenues le lieu de désocialisation, de découverte du crime et de la délinquance de moins en moins juvénile. Sous-payés et déconsidérés, les enseignants des écoles publiques vivent leur métier comme un appoint à d’autres emplois plus rémunérateurs.
Mesdames et Monsieurs, Honorables invités
Pour le Sahel, pour les Droits de l’Homme et pour la Paix Sociale, cette situation ne peut plus durer. C’est le crédo de notre Fondation. Comme j’ai eu l’occasion de le dire et je le répète ici, c’est l’une des missions régaliennes de l’Etat. Notre Fondation ne prétend pas se substituer à lui mais nous ne pouvons plus, les enfants délaissés et leurs parents ne peuvent plus attendre que l’Etat prenne ses responsabilités. Nous avons décidé de prendre une part des responsabilités de l’Etat et nous vous demandons de nous y suivre.
Hier encore, nous avons appliqué la même méthode pour lutter contre l’esclavage. Le Législateur avait fait voter une loi, la loi 048/ 2007 ( 031/2015)Nous avions décidé, depuis 2010, de faire appliquer cette loi, comme cette dernière nous y autorise. Nous avions connu, pour cela, la répression, la prison, les menaces sur nos vies et sur celles des nôtres. Mais, nous avons appliqué à notre société l’électrochoc qu’il fallait.
Pour l’éducation, nous comptons procéder par le même esprit pour faire appliquer la loi 054/2001, rendant obligatoire l’enseignement fondamental aux enfant âgés de 6 à 14 ans . Nous irons sur le terrain interpeller les autorités locales, régionales, puis nationales sur l’état des écoles publiques. Nous construirons, là où nous le pourrons, des classes modèles. Nous demanderons à nos adhérents et à nos soutiens de scolariser des enfants dont les parents sont indigents, de prendre en charge les frais de leur scolarité, de les parrainer, de les suivre… Nous organiserons, s’il faut, des caravanes de l’éducation, des sit-in de la scolarisation. Nous militerons pour que l’Etat investisse dans l’éducation en zones de grande pauvreté avec un système de prise en charge incluant bourses et cantines. Nous organiserons des « écoles de la badya » où des cours de rattrapage ou de préparation à la rentrée seront organisés pendant les grandes vacances. Des olympiades seront organisées entre nos écoles pour encourager l’émulation et récompenser l’effort et le mérite.
Nous avons besoin de vous, de votre soutien moral et matériel pour réussir l’œuvre de la Fondation Sahel pour la Défense des Droits de l’Homme, l’Appui à l’Education et à la Paix Sociale.
Avec et par l’éducation nous vaincrons les tares de notre société notamment l’esclavage et ses séquelles mais aussi la discrimination
Avec et par l’éducation nous gagnerons le combat du développement humains et la Mauritanie, notre pays sera sauvée
Je vous remercie.

CULTURE

POLITIQUE

SOCIETE

ECONOMIE

SPORT

Image
Festival de Cannes : trois films pour porter le flambeau africain
Image
Migrants: la demande italienne est un "chemin vers l'enfer", selon le Premier ministre tchèque
Image
Ganbanaaxu fedde : Procès et projets de réformes coutumières
Image
Le Groupe de la Banque mondiale se dote d’un nouveau cadre de partenariat avec la Mauritanie
Image
Henri Camara : "Limoger Aliou Cissé serait…"

INTERVIEWS

Image
G5 Sahel - Hanena Ould Sidi : « Nos priorités sont toutes les frontières »

Image
Mauritanie : «Nous avons quitté le Franc CFA et nous ne le regrettons pas » (Gouverneur de la Banque Centrale)

Image
Interview exclusive avec Hamed Diane Séméga, haut commissaire de l’OMVS

Image
Karine Bonneau (FIDH): «La libération de Jean-Pierre Bemba, ex-vice-président congolais, est envisageable, mais...»

Image
Le président angolais João Lourenço: accordons «le bénéfice du doute» à Kabila

Image
Burkina-Taïwan : « Il est très difficile pour un pays africain de résister à la pression chinoise »


FAITS DIVERS

Image

Italie : Une mafia sénégalaise démantelée

Image

Un mystérieux assassinat résolu grâce au concours d’un opérateur téléphonique

Image

Dafort: Un crocodile interrompt la pêche et fait des blessés

Image

Elle ferme ses prisons par manque de prisonniers

Image

Avis de recherche : il s’appelle Oumar Séga Touré et a disparu depuis trois jours

Copyright © 2014 La Nouvelle Expression. Tous droits réservés.