[12/10/2017]    

Banque mondiale : croissance modeste pour l’Afrique subsaharienne



Encore modérée et inférieure aux anticipations d’avril dernier, qui tablaient sur une progression de 2,6 %, la croissance économique en Afrique subsaharienne devrait ressortir à 2,4 % en 2017, contre 1,3 % en 2016, selon la dernière édition d’Africa’s Pulse, un rapport semestriel de la Banque mondiale qui analyse l’état des économies africaines.

Au deuxième trimestre, l’Afrique du Sud et le Nigeria ont renoué avec la croissance après respectivement deux et cinq mois de performances négatives, entraînant dans leur sillage la croissance régionale. Par ailleurs, l’amélioration de la conjoncture internationale, à la faveur notamment de la hausse des cours des produits issus des industries extractives et du retour des flux de capitaux, a contribué à ce relèvement. Malgré des perspectives positives, le rapport met en garde contre la mollesse persistante de cette embellie, insuffisante pour accroître le revenu par habitant en 2017.

De plus, la région connaît une reprise à plusieurs vitesses. Dans les économies les moins tributaires des matières premières, comme l’Éthiopie et le Sénégal, la croissance est restée globalement stable, toujours soutenue par les investissements dans les infrastructures et une meilleure productivité agricole. Les pays exportateurs de métaux profitent du redressement des cours internationaux sur fond de rebond de la production minière et des investissements.



L’inflation globale a marqué le pas dans la région en 2017, la stabilité des taux de change et la hausse de la production vivrière ayant atténué la flambée des prix des produits alimentaires. Les mesures d’ajustement budgétaire, restées partielles, n’ont pas permis de réduire significativement les déficits. Cette situation rejaillit sur l’endettement public, toujours élevé. Les pays de la région doivent redoubler d’efforts pour remédier à l’insuffisance des recettes et contenir les dépenses afin d’atteindre l’équilibre budgétaire.

« La plupart des pays africains n’ont pas de marge de manœuvre suffisante pour faire face à la volatilité de la conjoncture et doivent s’efforcer d’élargir un espace budgétaire, souvent restreint, grâce à des politiques de finances publiques judicieuses. Ils doivent également mettre en place des mesures structurelles pour résister aux chocs, stimuler la productivité, renforcer les investissements et favoriser la diversification de l’économie », explique Albert Zeufack, économiste en chef de la Banque mondiale pour l’Afrique.

À terme, l’Afrique subsaharienne devrait bénéficier d’une reprise modérée de l’activité économique, avec une projection de croissance estimée à 3,2 % en 2018 et 3,5 % en 2019, compte tenu de la stabilisation des cours des matières premières et de la hausse progressive de la demande intérieure, sur fond d’atténuation de l’inflation et de politiques monétaires accommodantes. Mais les perspectives restent difficiles pour les pays de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC), contraints de s’ajuster à la faiblesse des cours du pétrole qui diminue leurs recettes et augmente leur dette.

L’essor économique des pays de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) devrait en revanche s’accélérer, porté par de solides investissements publics, surtout en Côte d’Ivoire et au Sénégal. L’Éthiopie devrait rester la première économie de la Communauté d’Afrique de l’Est (CAE), malgré la baisse attendue des investissements publics. La croissance devrait bénéficier de l’atténuation des pressions inflationnistes au Kenya et se stabiliser en Tanzanie grâce à un rebond des investissements.
MARIATA DIENG
financialafrik

CULTURE

POLITIQUE

SOCIETE

ECONOMIE

SPORT

Image
Festival de Cannes : trois films pour porter le flambeau africain
Image
Perquisitions chez Bouamatou et Debagh (Déclaration)
Image
Afrique : la République tchèque participera à l’émergence de la force G5 Sahel
Image
Les 10 pays les plus riches d’Afrique, selon la BAD
Image
Sepp Blatter soutient la candidature marocaine à l’organisation du Mondial de 2026

INTERVIEWS

Image
Néna Ly, Secrétaire Générale du Club des Jeunes Journalistes (CJJ) à La Nouvelle Expression

Image
M. Gaye TRAORE président ARMEPES-France sur Guidumakha.com: "La charpente de SONI KARAA est basée sur la catégorisation patronymique et déterministe qui fait que certains naissent nobles de statut , d’autres esclaves ou esclaves statutaires."

Image
M. Moussa Fall, économiste, consultant international et président du Mouvement pour un Changement Démocratique (MCD) : ‘’La démonétisation n’est qu’un écran de fumée pour ...

Image
Tiebilé Dramé: «L'année 2017 a été la plus meurtrière depuis que IBK est au pouvoir» au Mali

Image
Israël "ne comprend pas" la position radicale du Sénégal sur la Palestine

Image
Guillaume Soro : « J’ai l’habitude des procès en sorcellerie »


FAITS DIVERS

Image

Italie : Une mafia sénégalaise démantelée

Image

Un mystérieux assassinat résolu grâce au concours d’un opérateur téléphonique

Image

Dafort: Un crocodile interrompt la pêche et fait des blessés

Image

Elle ferme ses prisons par manque de prisonniers

Image

Avis de recherche : il s’appelle Oumar Séga Touré et a disparu depuis trois jours

Copyright © 2014 La Nouvelle Expression. Tous droits réservés.