[21/01/2018]    

HALTE À L’APOLOGIE DU DISCOURS SECTAIRE ET SÉGRÉGATIONNISTE DANS LE GUIDIMAGHA.



La mouvance pacifique pour l'émergence d'une société soninké dépoussiérée de certaines tares sociétales, sous le vocable GANBANAAXUN FEDDE* , s'adresse une nouvelle fois aux pouvoirs publics mauritaniens concernant les manœuvres incessantes d’un mystérieux groupe Whatsapp appelé abusivement « démocratia islamique ». En effet cette plateforme regroupant certains réactionnaires et adeptes de l'ancien ordre féodal soninké foncièrement nocif à l'ordre CITOYEN MAURITANIEN, s'active depuis plusieurs mois à travers un langage apologiste et décomplexé de l'esclavagisme statutaire et de discriminations sociales dans la communauté soninké. La dernière sortie en date , est l'œuvre de leur premier responsable du groupe Whatsapp cité. Dans ses audio , ce monsieur autoproclamé comme un virtuel prince féodal, explique que la 10ème région de la Mauritanie, le Guidimagha est une propriété privée des milieux féodaux exclusivement. Selon ses propos ahurissants au ton séparatiste, il estime que l'avenir et la gestion de la région Guidimagha pourtant multi-ethnique, leur reviennent de droit exclusif selon l'ancien ordre féodal et coutumier. Par ailleurs, il s’est emporté dans un sectarisme assumé en demandant l'exclusion systématique de leurs officines, certains éléments statutaires de la société soninkée elle-même notamment les mangou (médiateurs), les marabouts, les anciens esclaves et d'autres composantes. Il s’est également permis une réplique dédaigneuse à l'endroit de la Femme qui est indésirable dans leurs projets antidémocratiques, antirépublicains et antinomiques à la fraternité islamique. Dans un deuxième audio, le gourou féodal s'intéresse à recueillir les audios de sensibilisation d'un membre de notre mouvance abolitionniste, et il apparaît clairement qu’ils gesticulent en coulisses par la délation mensongère en collusion avec leurs complicités du terrain déjà identifiés qui trompent l'administration publique dans la région pour nuire à nos membres.

Ainsi nous rappelons aux autorités publiques en Mauritanie et en France sur le danger représenté par ce groupe d'individus sur les supports virtuels comme dans le cadre faussement associatif.

? les autorités mauritaniennes doivent sérieusement veiller dans nos localités rurales du Guidimagha où l'ordre féodal sévit contre des paisibles citoyens qui s'organisent pour défendre leur DIGNITÉ longtemps bafouée par les tenants coutumiers de la société soninkée.

? nous voulons l'application stricte de lois mauritaniennes contre les discours sectaires, extrémistes et ségrégationnistes promus récemment par ce monsieur qui se nomme Moustapha Camara natif de DAFORT.

? nous dénonçons son discours réactionnaire et discriminatoire qui tente d'exclure d'autres citoyens mauritaniens de la communauté soninkée de tout qui a trait à la gestion publique dans la communauté.

? nous attirons également l'attention des autorités publiques sur le caractère troublant et provocateur du discours ségrégationniste de ce monsieur dans le corps social multi-ethnique dans notre région. En effet, le Guidimagha n’est pas que soninké, il est Peulh, Maure et Haratine. Ainsi l'ordre républicain par l'égalité en DROITS et en DIGNITÉ pour tous nos concitoyens doit être défendu et promu contre le communautarisme sectaire de la féodalité soninkée incarnée par ce groupe d'individus sans projet de société digne de ce nom.

? nous interpellons encore une fois, les consciences progressistes de la communauté soninkée pour s'impliquer afin de vulgariser les dispositions de l'ordre CITOYEN dans la communauté. Également nos soupçons s'affermissent sur certains soutiens féodaux de l'ombre proches du pouvoir, qui seront comptables d'éventuelles conséquences de cette entreprise vouée à l'échec à terme.
? En fin, nous avertissons les autorités françaises sur l'enfumage qui entoure la création récente d’une association pour couvrir leurs activités féodales et esclavagistes par les mentalités et les discours réactionnaires et provocateurs tenus à ciel ouvert via leur support social Whatsapp « mille gigas » allusion à la triste » radio mille collines ».
Ci-joint le lien YouTube du discours en cause tenu par ce monsieur : https://youtu.be/Y3LBTC5fUeU

*Mouvement associatif transnational pour l'égalité en DROITS et en DIGNITÉ au sein des communautés soninkées
La CECOM ARMEPES-France et partenaires GANBANAAXU.
Paris, 21 janvier 2018
COMMUNIQUÉ DE PRESSE D’ARMEPES-France ET DE LA MOUVANCE GANBANAAXUN FEDDE

CULTURE

POLITIQUE

SOCIETE

ECONOMIE

SPORT

Image
Festival de Cannes : trois films pour porter le flambeau africain
Image
Perquisitions chez Bouamatou et Debagh (Déclaration)
Image
Afrique : la République tchèque participera à l’émergence de la force G5 Sahel
Image
Les 10 pays les plus riches d’Afrique, selon la BAD
Image
Sepp Blatter soutient la candidature marocaine à l’organisation du Mondial de 2026

INTERVIEWS

Image
Néna Ly, Secrétaire Générale du Club des Jeunes Journalistes (CJJ) à La Nouvelle Expression

Image
M. Gaye TRAORE président ARMEPES-France sur Guidumakha.com: "La charpente de SONI KARAA est basée sur la catégorisation patronymique et déterministe qui fait que certains naissent nobles de statut , d’autres esclaves ou esclaves statutaires."

Image
M. Moussa Fall, économiste, consultant international et président du Mouvement pour un Changement Démocratique (MCD) : ‘’La démonétisation n’est qu’un écran de fumée pour ...

Image
Tiebilé Dramé: «L'année 2017 a été la plus meurtrière depuis que IBK est au pouvoir» au Mali

Image
Israël "ne comprend pas" la position radicale du Sénégal sur la Palestine

Image
Guillaume Soro : « J’ai l’habitude des procès en sorcellerie »


FAITS DIVERS

Image

Italie : Une mafia sénégalaise démantelée

Image

Un mystérieux assassinat résolu grâce au concours d’un opérateur téléphonique

Image

Dafort: Un crocodile interrompt la pêche et fait des blessés

Image

Elle ferme ses prisons par manque de prisonniers

Image

Avis de recherche : il s’appelle Oumar Séga Touré et a disparu depuis trois jours

Copyright © 2014 La Nouvelle Expression. Tous droits réservés.