[05/09/2022]    

BURKINA FASO : POURQUOI LE PRÉSIDENT DAMIBA SE REND AU MALI ET EN CÔTE D’IVOIRE ?

Pour sa première visite à l’étranger depuis sa prise de pouvoir en janvier, le chef de l’État burkinabé, Paul-Henri Sandaogo Damiba, s’est rendu ce samedi au Mali avant de s’envoler lundi pour la Côte d’Ivoire. Au menu : coopération sécuritaire et réconciliation nationale, explique Windata Zongo, membre du Centre africain d’analyses et de recherches diplomatiques et stratégiques.



TV5MONDE : Où en est la transition au Burkina Faso, plus de sept mois après le renversement du président Roch Marc Christian Kaboré et la prise de pouvoir du lieutenant-?colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba ?

Windata Zongo : La persistance de l’insécurité a été utilisée par les militaires, et notamment par le président Damiba, pour justifier leur coup de force. C’est donc dans ce domaine qu’est fortement attendu le nouveau chef de l’État. Sept mois plus tard, les résultats ne sont pas assez concrets – comme souhaité par la population.


Néanmoins, les choses avancent pour plusieurs raisons. Premièrement, grâce à la proximité de Paul-Henri Sandaogo Damiba, lui-même militaire, avec les troupes. Il se rend très souvent au front et encourage les soldats. Deuxièmement, depuis son accession à la présidence, l’armée a été restructurée pour l’adapter au contexte sécuritaire. Par exemple, un « commandement des opérations du théâtre national » et de nouvelles zones militaires ont été créés, des forces de sécurité ont été recrutées…

Les soldats disposent également d’outils logistiques plus performants. En résumé, l’armée burkinabé est en train de basculer dans une nouvelle ère qui va lui permettre de mieux s’adapter au contexte régional et sécuritaire actuel. Il y a donc de l’espoir.

TV5MONDE : Pourquoi Paul-Henri Sandaogo Damiba a choisi le Mali pour son premier déplacement hors du Burkina Faso ?

Le Mali dispose d’une frontière avec le nord du pays. Côté malien, ce territoire est une zone d’affrontement continu avec les djihadistes depuis le début des années 2010. Et ces forces franchissent régulièrement la frontière pour se retrouver au Burkina Faso.

Pour le président Damiba, il y a désormais la nécessité de créer un cadre bilatéral [avec le Mali] afin de rendre les opérations de lutte contre le terrorisme plus efficaces.
Windata Zongo
Les deux pays coopéraient au sein du G5 Sahel. À cause de ses relations conflictuelles avec la France, le Mali a suspendu sa participation. Pour le président Damiba, il y a désormais la nécessité de créer un cadre bilatéral afin de rendre les opérations de lutte contre le terrorisme plus efficaces. Bamako comme Ouagadougou doivent optimiser leurs actions anti-terroristes et lutter contre un phénomène qui les touche tous deux.

TV5MONDE : Quel est l’intérêt pour le chef de l’État burkinabé de se rendre ensuite en Côte d’Ivoire et de rencontrer le président Alassane Ouattara ?

Ce choix s’explique doublement. Il y a d’abord un intérêt sécuritaire. Depuis 2014 puis les premières attaques à Grand Bassam [NDLR : revendiquée par AQMI], le nord de la Côte d’Ivoire, frontalier avec le Burkina Faso, fait face au phénomène terroriste.

Là-aussi, une coopération militaire a été mise en place entre les deux pays : les troupes ivoiriennes et burkinabé échangent des informations, entreprennent des actions communes etc… La visite du président burkinabé s’inscrit ainsi dans ce contexte.


Le second volet, plus politique, est la vaste réconciliation nationale entreprise par le président Damiba. Depuis l’insurrection de 2014 et la chute de Blaise Compaoré, l’ex-chef de l’État et une grande partie de ses collaborateurs sont réfugiés à Abidjan. En plus, une grande partie des étrangers en Côte d’Ivoire viennent du Burkina Faso.

Le chef de l’État burkinabé a tendu la main à tous les acteurs politiques à l’origine de la crise politique que vit le pays. Cela s’est déjà traduit par la demande de pardon de Blaise Compaoré vis-à-vis de la famille de Thomas Sankara, puis par son retour en juillet dernier. Le président Damiba devrait enfin discuter avec les exilés politiques pour voir comment le ministère burkinabé de la Réconciliation nationale fonctionnera.


TV5MONDE : La dimension économique est-elle importante dans ces déplacements ?

Au-delà des dimensions politique et sécuritaire, la dimension économique est toujours présente dans les relations burkino-ivoiriennes. Depuis quelques temps, les échanges commerciaux par le port d’Abidjan et de San Pedro sont en croissance. Cette augmentation est toutefois liée à l’inaccessibilité des ports de Cotonou (Bénin) et Lomé (Togo) à cause du terrorisme qui sévit sur une grande partie du territoire du Burkina Faso.

Source: TV5

Mauritanie
Afrimac 2 s'investit pour booster l'entrepreunariat féminin


CULTURE

POLITIQUE

SOCIETE

ECONOMIE

SPORT

Image
Festival nomade culturel : hommage à feu Seymali O. Hemed Vall
Image
«Président intérimaire» : Macky Sall va-t-il confier le pouvoir à Amadou Mame Diop ?



Image
D'horribles révélations au procès des auteurs accusés du meurtre de Soufi Ould Cheibani
Image
Classement en Europe – L’iPhone dépasse Samsung : les chiffres du quatrième trimestre 2023 dévoilés
Image
Foot : Emir Abdou prolongé à la tête des Mourabitounes

INTERVIEWS

Image
Le Grand Entretien du Blog | En exclusivité avec le géoscientifique M. Aleyda TRAORE


La rubrique Grand Entretien du Blog - ecrit-ose.blog (Le GEB) marque son entrée en 2024 avec une prolifique interview accordée par un natif de la région du Guidimagha mauritanien. En la personne de monsieur Aleyda TRAORE, un Masterien expérimenté en Géosciences et Ressources qui travaille en France depuis quelques années. Nos vifs remerciements à lui pour sa disponibilité qui aboutit à cet entretien d’une belle pointure.


Image
Interview: Mohamed Maouloud, président de l’UFP

M. Mohamed Maouloud, président de l’Union des Forces du Progrès (UFP) : ‘’Sur les 10 points de l’accord avec le ministère de l’Intérieur, seul celui relatif à la CENI a été appliqué’’

Image
BURKINA FASO : POURQUOI LE PRÉSIDENT DAMIBA SE REND AU MALI ET EN CÔTE D’IVOIRE ?

Pour sa première visite à l’étranger depuis sa prise de pouvoir en janvier, le chef de l’État burkinabé, Paul-Henri Sandaogo Damiba, s’est rendu ce samedi au Mali avant de s’envoler lundi pour la Côte d’Ivoire. Au menu : coopération sécuritaire et réconciliation nationale, explique Windata Zongo, membre du Centre africain d’analyses et de recherches diplomatiques et stratégiques.

Image
Questions à Bakary Tandia à La Nouvelle Expression


Bakary Tandia, est de Kaedi et Djeol. Il réside actuellement à New York, aux USA. Il est le Co-fondateur d’Abolition Institute, une organisation de défense des droits de l’homme se focalisant sur l’éradication de l’esclavage. Dans ce cadre, cette organisation travaille en collaboration avec SOS Esclaves et IRA dont Mr Bakary coordonne l’action aux USA. Ce militant dans l’âme est aussi le Secrétaire Général de Muritani Min Jejitta, une organisation dont la mission est l’application de la justice transitionnelle pour une solution juste, satisfaisante et définitive à la question du « passif humanitaire ». Notre invité a d’autres chapeaux…

Image
«SUR LE TERRAIN, IL Y AVAIT DE VÉRITABLES GUERRIERS»
« Un match très compliqué, très stressant et difficile à préparer » : voilà la lecture que Aliou CISSE a du match barrage retour Sénégal-Egypte que son équipe en remporté hier, mardi, aux tirs aux buts après un score de un à zéro sur le terrain.

Image
Le Grand Entretien du BLOG SONINKIDÉES-J'OSE | Avec l’ingénieur informatique Sidi Camara, le concepteur de l’outil numérique Khrankompé


FAITS DIVERS

Image

Italie : Une mafia sénégalaise démantelée

Image

Un mystérieux assassinat résolu grâce au concours d’un opérateur téléphonique

Image

Dafort: Un crocodile interrompt la pêche et fait des blessés

Image

Elle ferme ses prisons par manque de prisonniers

Image

Avis de recherche : il s’appelle Oumar Séga Touré et a disparu depuis trois jours

Copyright © 2014 La Nouvelle Expression. Tous droits réservés.