[09/01/2023]    

Les États d’Afrique de l’Ouest du G5 Sahel échangent des mines contre du matériel militaire russe – OpEd

De *Kester Kenn Klomegah



Dans sa série de rapports d’examen de fin d’année, le représentant spécial du président pour le Moyen-Orient et l’Afrique, Mikhail Bogdanov, a déclaré aux médias russes locaux que la Russie poursuivrait son interaction avec les pays d’Afrique de l’Ouest du G5 Sahel pour lutter contre le terrorisme, car la menace terroriste dans la région n’avait pas diminué et la présence militaire de l’Occident n’était « pas si efficace » en Afrique.

« Moscou poursuivra son interaction avec le G5 Sahel (Mali, Burkina Faso, Niger, Tchad et Mauritanie) sur la fourniture d’armes pour lutter contre le terrorisme. Naturellement, il y aura des contacts avec le G5 Sahel », a déclaré Bogdanov aux médias russes, et a noté que le groupe subissait « quelques changements structurels internes » actuellement parce que des problèmes étaient survenus concernant la participation du Mali.

« Nous avons une communication bilatérale avec tous les pays des G5 sahel. Nous verrons quel format sera optimal pour nos partenaires. L’interaction ici est largement axée sur la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme, parce que cette zone saharo-sahélienne est devenue un foyer du terrorisme international et, bien sûr, à cause de l’effondrement de l’État libyen et de la propagation de ces tentacules vers le sud », a-t-il déclaré.

Au cours des dernières années, le ministère russe des Affaires étrangères a renforcé la coopération militaro-technique, élément clé de la politique étrangère de la Fédération de Russie avec l’Afrique. Il a souvent expliqué dans des déclarations publiées sur son site Internet que la coopération militaro-technique de la Russie avec les pays africains vise principalement à régler les conflits régionaux et à prévenir la propagation des menaces terroristes, et à lutter contre le terrorisme croissant sur le continent.

La Russie élargit sa géographie de diplomatie militaire couvrant les pays africains pauvres et en particulier les États fragiles qui ont besoin de son assistance militaire . Elle a signé des accords bilatéraux de coopération militaro-technique avec plus de 20 pays africains, selon plusieurs rapports.

Certains experts en politique ont déclaré que la société africaine souffre de la faiblesse des institutions et des défis du terrorisme en raison de l’aliénation de la gouvernance politique et du manque d’égalité des chances dans les affaires communautaires. Par exemple, des pays comme le Nigeria, le Niger, le Burkina Faso, le Mali, la République centrafricaine et bien d’autres ont des prises lâches sur le gouvernement et ont délibérément créé l’environnement politique permettant aux organisations terroristes de prospérer en Afrique.

La politique de base de nombreux pays africains n’est pas à la hauteur. Il existe des institutions, des départements et des agences de l’État tels que les forces de l’ordre, les organismes de réglementation et le système judiciaire qui souffrent d’un mécanisme chroniquement dysfonctionnel qui nécessite une attention immédiate pour relever les défis du terrorisme et de son financement . Par conséquent, la lutte contre le terrorisme doit être analysée et élever les niveaux de fonctionnement des institutions ainsi que le développement de la société.
Le président de la Commission de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, a réitéré la nécessité de créer des forces régionales de lutte contre les groupes terroristes, mais a ajouté que les armées africaines sont encore sous-équipées. « Il est important que les partenaires extérieurs écoutent les cris de l’Afrique et opèrent dans le cadre de l’organisation lorsqu’il s’agit de l’appui à la vulgarisation pour faire face à ce fléau », a-t-il souligné.

Le président somalien, Hassan Sheikh Mohamoud, a également expliqué comment le groupe terroriste Al-Shabaab contrôlait de grandes parties des zones rurales de la Somalie. « Les Shabaab, ou les terroristes où qu’ils se trouvent, ne peuvent être vaincus que militairement », a-t-il déclaré.

Le président mozambicain Filipe Nyusi a été très franc et a partagé des expériences précieuses sur l’utilisation d’une force militaire régionale bien constituée pour faire respecter la paix et la sécurité au Mozambique. La création de forces militaires régionales pour lutter contre les menaces terroristes ne nécessitera absolument pas de troquer la totalité des mines d’or ou de diamants contre l’achat d’équipements militaires à des pays extérieurs.

Aujourd’hui, le Mozambique jouit d’une paix et d’une stabilité relatives après que les 16 membres de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC) ont finalement approuvé le déploiement d’une force militaire conjointe avec la responsabilité principale d’assurer la paix et la stabilité, et de rétablir la normalité dans la province de Cabo Delgado, au nord du Mozambique.

Il implique des troupes du Rwanda et de la Mission militaire de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SAMIM). Le Rwanda en a offert 1 000 soldats en juillet 2021. L’Afrique du Sud a le plus grand contingent d’environ 1 500 soldats. Les pays extérieurs contribuent, bien sûr, énormément à stabiliser la situation au Mozambique.

Les forces conjointes de la Communauté de développement de l’Afrique australe maintiennent la paix dans le nord du Mozambique. Les règles, normes et politiques, la fourniture de l’assistance ainsi que les instruments et pratiques juridiques sont basés sur les protocoles de sécurité des bâtiments stipulés par l’Union africaine. Elle s’inscrit donc dans le cadre des exigences de paix et de sécurité de l’Union africaine.

En prévision du prochain sommet Russie-Afrique à Saint-Pétersbourg, en juillet 2023, l’Institut sud-africain des affaires internationales (SAIIA) a publié un rapport spécial sur la Russie-Afrique. Le rapport intitulé – La diplomatie militaire privée de la Russie en Afrique : risque élevé, faible récompense, impact limité – indique que l’intérêt renouvelé de la Russie pour l’Afrique est motivé par sa quête d’un statut de puissance mondiale. Peu de gens s’attendent à ce que l’engagement de sécurité de la Russie apporte la paix et le développement aux pays avec lesquels elle a des partenariats de sécurité.

Alors que l’utilisation opportuniste par Moscou de la diplomatie militaire privée lui a permis de s’implanter stratégiquement dans les pays partenaires avec succès, le manque de transparence dans les interactions, la portée limitée de l’impact et les coûts financiers et diplomatiques élevés exposent les limites du partenariat pour aborder la question de la paix et les défis de développement des pays hôtes africains, indique le rapport.

Le rapport rédigé par Ovigwe Eguegu, un chercheur nigérian en politique et affaires internationales basé à Pékin, s’est concentré sur l’utilisation de sociétés militaires privées pour mener à bien la « diplomatie militaire » dans les États africains, et les principales questions de recherche étaient : diplomatie militaire en Afrique ayant sur la paix et le développement des pays hôtes ? Pourquoi la Russie a-t-elle choisi la diplomatie militaire comme moyen privilégié pour prendre pied sur le continent ?

Son rapport était basé sur plus de 80 publications médiatiques traitant de la coopération militaro-technique de la Russie en Afrique. Il se demande si les États africains fragiles font progresser leurs intérêts sécuritaires, diplomatiques et économiques grâce à une relation avec la Russie.

Pour surmonter les problèmes multidimensionnels auxquels sont confrontés la Libye, le Soudan, la Somalie, le Mali et la République centrafricaine, il faudra des stratégies globales de paix et de développement qui incluent la résolution des conflits et la consolidation de la paix, le renforcement de l’État, la réforme du secteur de la sécurité et des réformes politiques profondes pour améliorer la gouvernance et l’État. du droit – sans parler d’une bonne planification économique essentielle pour attirer les investissements étrangers directs nécessaires pour stimuler la croissance économique.

L’Organisation des Nations Unies (ONU), l’Union africaine (UA), la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et l’ensemble de la communauté internationale ont exprimé des préoccupations collectives quant à toute utilisation de forces mercenaires privées, suggérant plutôt fortement l’utilisation de forces bien constituées. forces régionales approuvées par des blocs régionaux, comme moyen de résoudre les conflits en Afrique. Le G5 Sahel sont le Burkina Faso, le Tchad, le Mali, la Mauritanie et le Niger.


*Kester Kenn Klomegah
Kester Kenn Klomegah est un chercheur indépendant et un consultant politique sur les affaires africaines dans la Fédération de Russie et l’Union eurasienne. Il a remporté des prix médiatiques pour avoir mis en lumière la diplomatie économique dans la région avec l’Afrique. Actuellement, Klomegah est représentant spécial pour l’Afrique au sein du conseil d’administration du Conseil russe de développement commercial et économique. Il aime voyager et visiter des lieux historiques en Europe orientale et centrale. Klomegah est un collaborateur fréquent et passionné d’Eurasia Review.

Source: Eurasia Review

Mauritanie
Afrimac 2 s'investit pour booster l'entrepreunariat féminin


CULTURE

POLITIQUE

SOCIETE

ECONOMIE

SPORT

Image
Festival nomade culturel : hommage à feu Seymali O. Hemed Vall
Image
«Président intérimaire» : Macky Sall va-t-il confier le pouvoir à Amadou Mame Diop ?



Image
D'horribles révélations au procès des auteurs accusés du meurtre de Soufi Ould Cheibani
Image
Classement en Europe – L’iPhone dépasse Samsung : les chiffres du quatrième trimestre 2023 dévoilés
Image
Foot : Emir Abdou prolongé à la tête des Mourabitounes

INTERVIEWS

Image
Le Grand Entretien du Blog | En exclusivité avec le géoscientifique M. Aleyda TRAORE


La rubrique Grand Entretien du Blog - ecrit-ose.blog (Le GEB) marque son entrée en 2024 avec une prolifique interview accordée par un natif de la région du Guidimagha mauritanien. En la personne de monsieur Aleyda TRAORE, un Masterien expérimenté en Géosciences et Ressources qui travaille en France depuis quelques années. Nos vifs remerciements à lui pour sa disponibilité qui aboutit à cet entretien d’une belle pointure.


Image
Interview: Mohamed Maouloud, président de l’UFP

M. Mohamed Maouloud, président de l’Union des Forces du Progrès (UFP) : ‘’Sur les 10 points de l’accord avec le ministère de l’Intérieur, seul celui relatif à la CENI a été appliqué’’

Image
BURKINA FASO : POURQUOI LE PRÉSIDENT DAMIBA SE REND AU MALI ET EN CÔTE D’IVOIRE ?

Pour sa première visite à l’étranger depuis sa prise de pouvoir en janvier, le chef de l’État burkinabé, Paul-Henri Sandaogo Damiba, s’est rendu ce samedi au Mali avant de s’envoler lundi pour la Côte d’Ivoire. Au menu : coopération sécuritaire et réconciliation nationale, explique Windata Zongo, membre du Centre africain d’analyses et de recherches diplomatiques et stratégiques.

Image
Questions à Bakary Tandia à La Nouvelle Expression


Bakary Tandia, est de Kaedi et Djeol. Il réside actuellement à New York, aux USA. Il est le Co-fondateur d’Abolition Institute, une organisation de défense des droits de l’homme se focalisant sur l’éradication de l’esclavage. Dans ce cadre, cette organisation travaille en collaboration avec SOS Esclaves et IRA dont Mr Bakary coordonne l’action aux USA. Ce militant dans l’âme est aussi le Secrétaire Général de Muritani Min Jejitta, une organisation dont la mission est l’application de la justice transitionnelle pour une solution juste, satisfaisante et définitive à la question du « passif humanitaire ». Notre invité a d’autres chapeaux…

Image
«SUR LE TERRAIN, IL Y AVAIT DE VÉRITABLES GUERRIERS»
« Un match très compliqué, très stressant et difficile à préparer » : voilà la lecture que Aliou CISSE a du match barrage retour Sénégal-Egypte que son équipe en remporté hier, mardi, aux tirs aux buts après un score de un à zéro sur le terrain.

Image
Le Grand Entretien du BLOG SONINKIDÉES-J'OSE | Avec l’ingénieur informatique Sidi Camara, le concepteur de l’outil numérique Khrankompé


FAITS DIVERS

Image

Italie : Une mafia sénégalaise démantelée

Image

Un mystérieux assassinat résolu grâce au concours d’un opérateur téléphonique

Image

Dafort: Un crocodile interrompt la pêche et fait des blessés

Image

Elle ferme ses prisons par manque de prisonniers

Image

Avis de recherche : il s’appelle Oumar Séga Touré et a disparu depuis trois jours

Copyright © 2014 La Nouvelle Expression. Tous droits réservés.