[08/03/2020]    

Coronavirus, phénomène médical majeur ou expérience sociale ?

D’origine roumaine et citoyenne du monde, Maria Nadolu parcourt la vaste terre et consigne dans ses carnets des histoires sans clichés et sans fards qui sortent souvent de l’ordinaire et renvoient à cette humanité que nous avons en partage. Maria Nodolu travaille notamment dans la communication, l’événementiel et les projets économiques à caractère culturel. Elle fait partie des soutiens de première heure du projet Financial Afrik et, à ce titre, a participé à la promotion du support auprès d’un public qualifié au Maroc, en Europe et dans le monde en général. Africanophile naturelle, Maria Nadolu milite pour une nouvelle Afrique et un nouveau monde où le juste prix dans les échanges remplacerait l’aide et les dons.


Les carnets de route de Maria Nadolu, globe-trotter.



Nous recevons l’un des longs appels téléphoniques habituels de nos globe-trotters; nous avons l’habitude de voyager plus de 6 mois par an, passant d’un écosystème à un autre, prêts à intégrer de nouveaux horizons viraux et des insinuations moléculaires. Mon ami vient de rentrer de Bombay à Koweït, alors que je profite encore du soleil d’hiver dans le Val d’Oise, à la frontière entre l’Italie du Nord et la France. Comme d’habitude, nos conversations se dispersent comme la saveur du café dans l’air du matin; un mélange de partage d’expériences personnelles et d’analyse des affaires du monde…

Cette fois, il ne faut que quelques minutes pour atteindre le grand sujet et y rester: après deux questions, la séquence logique s’arrête; un peu comme le dit le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé, Tedros Adhanom Ghebreyeus: «nous sommes en territoire inconnu», tout comme nos projets de voyage immédiat… oh oui, le sujet brûlant de la journée nous a aussi touchés! Coronavirus ! Le même qui a déclenché des quarantaines dans le monde entier; la fermeture de villes entières, la police marchant dans les rues; ce virus qui nous tient sur nos gardes, au bord de l’auto-isolement, qui pousse les gouvernements à fermer les écoles et les musées, les usines à fermer, les événements à être reportés, Ali Baba à bloquer ses services, les actions en Bourse à tomber, le tourisme à être en crise, les médias à rendre compte avec des mises à jour en direct et une analyse approfondie sur des notes alarmantes…

Nous sommes tous exposés au grand coronavirus: si ce n’est en danger réel de l’obtenir directement, et immédiatement, certainement exposé à l’infodémie qui l’entoure. Des niveaux d’émotion impressionnants sont atteints: des achats compulsifs d’aliments et de désinfectants; aux informations selon lesquelles des personnes auraient reçu des menaces de mort simplement parce qu’elles avaient contracté le virus; de nouvelles formes de racisme font également irruption contre les Chinois; et en Europe, venir d’Italie est une raison de s’inquiéter plus que de saluer l’exposition au style de vie (comme c’était le cas à l’époque). On peut se demander, qu’est-ce qui déclenche toutes les fortes réactions? Dans quelle mesure se laisser emporter par la panique sauvera la journée?

Si nous voulons en examiner les détails – ce grand C – nous apprenons de l’Organisation mondiale de la santé que ce n’est pas un, mais plusieurs virus… les coronavirus sont une grande famille de virus qui causent des maladies allant du rhume aux maladies graves telles que le syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS) et le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS). Ce que nous avions connu avant! Cependant, il existe une nouvelle souche, la nouvelle nCOv qui n’a pas été identifiée auparavant chez l’homme, à laquelle nous devons la flambée actuelle de maladie (COVID-19). Les recommandations standard pour prévenir la propagation des infections viennent du domaine du bon sens: elles incluent le lavage régulier des mains; éviter de toucher les yeux, le nez et la bouche; se couvrir la bouche et le nez en toussant et en éternuant, en évitant tout contact avec toute personne présentant des symptômes de maladie respiratoire (au moins 1 mètre de distance); rester informé.

Le coronavirus n’est pas nécessairement plus dangereux que la grippe, et certainement pas un tueur sanglant; mais certainement un sprinteur puisqu’il a atteint plus de 80 pays à ce jour, et sa vitesse de contagion est tout à fait remarquable. Cependant, selon les mêmes sources, la plupart des personnes (environ 80%) se remettent de la maladie sans avoir besoin d’un traitement spécial. Le nCov peut mettre en danger la vie de ceux dont le système immunitaire est affaibli ou qui ont des problèmes médicaux sous-jacents comme l’hypertension artérielle, les problèmes cardiaques, le diabète, les maladies pulmonaires. Les études menées à ce jour suggèrent que le virus qui cause le COVID-19 est principalement transmis par contact avec des gouttelettes respiratoires plutôt que par voie aérienne. Dans de rares cas, il peut devenir contagieux avant même l’apparition des symptômes. Plus qu’un danger majeur pour la santé personnelle; cela s’avère terriblement problématique pour la santé publique – sachant que la plupart des pays et des gouvernements semblent en être dépassés. Alors que le nombre de cas dépasse les 100 000 et le nombre de morts dépasse les 3200, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus annonce «c’est le moment de faire tout ce qui est en son pouvoir».

Pour être plus précis en nombre et en «arrêts», mon ami partage avec moi le lien vers une carte interactive qui se magnétise instantanément; elle le vérifie tout le temps. J’ai envie de faire de même .. https://infographics.channelnewsasia.com/covid-19/map.html

Il peut facilement attirer plus d’attention nerveuse que tout autre média social. Alors que la lecture croisée des dernières nouvelles sur le «Coronavirus en direct», «à mesure que le bilan augmente, la pandémie est une probabilité» et plus appliquée «comment arrêter de toucher votre visage», on peut vérifier le nombre de cas confirmés, heure par heure, pays par pays… peut presque oublier ce qui doit être fait pour le reste de la journée; fixant l’écran et surveillant la situation C, guettant certains symptômes légers, sans aucune raison médicale. Et la panique prend le dessus ..

En Afrique, la situation est encore naissante – le Maroc, l’Algérie, le Sénégal et le Nigéria n’enregistrent que quelques cas à ce jour, et aucun décès; il y a encore des chances de sortir de l’ennui dans un mode de fonctionnement fluide tant qu’il y a suffisamment de sensibilisation et de responsabilité. Et c’est précisément la question: comment être attentif et responsable dans un tel moment? En Europe, les experts ont annoncé l’éclatement d’une expérience sociale aussi puissante que le virus lui-même: l’infodémie. Des reportages approfondis et de fausses nouvelles fleurissent avec un niveau élevé d’hystérie; nous manquons de masques (même si déjà expliqué ils ne peuvent pas protéger à 100%) et les désinfectants atteignent des prix vertigineux. Avec tout le respect dû aux faits et les sombres perspectives liées à la santé publique dans le monde, une question se pose: cet épisode de coronavirus sera-t-il inscrit dans l’histoire comme un phénomène médical majeur ou comme une expérience sociale? « Les épidémies se produisent dans le contexte du monde réel, donc bien sûr il y a toujours un certain niveau de politique en cours », explique Dr Keiji Fukuda, ancien directeur général adjoint de l’OMS.

À une époque où nous prêchons et pratiquons partiellement la mobilité, la connectivité et le mondialisme; le confinement est envisagé comme une solution – en examinant ce que la Chine a fait et sur la base de cas antérieurs comme le SRAS; on nous demande d’isoler, même si la mise en œuvre de telles mesures n’est pas réussie à 100%. Les gouvernements envisagent de fermer les frontières, mais même ainsi, de nombreux systèmes de santé s’avèrent insuffisants lorsque la capacité doit être dépensée en quelques heures et les tests effectués en nombre industriel.

Si le confinement échoue et que des modèles tels que celui de l’épidémiologiste de Harvard Marc Lipsitch se matérialisent, environ 20 à 60 pour cent des adultes attraperont la maladie. Dans un cas aussi hypothétique, la solution pour garder le virus sous contrôle est, selon le même expert, que 50% des personnes y soient immunisées. Et comme nous traitons toujours avec les fils invisibles du Web de la virologie, une perspective en temps de grand C se pose: gardez-la raisonnable et stable, commencez à renforcer notre système immunitaire, protégez les plus sensibles et gardez une portée humaniste. Abraar Karan, phyisicienne à l’hôpital Brigham pour femmes et à la Harvard Medical School, citée par vox.com, tempère: «Nous devons également cesser de paniquer et de stigmatiser les personnes de différentes ethnies… La maladie devrait nous montrer que nous sommes tous connectés et que nous devons nous entraider et non nous diviser.

financialafrik

CULTURE

POLITIQUE

SOCIETE

ECONOMIE

SPORT

Image
Construction d’un futur institut mauritanien des arts par les Émirats Arabes Unis
Image
TRIBUNE : BIENVENUE AU COLONEL TAYA! Par Ciré Kane
Image
Les séquestrés d’Etat ou la conséquence d’une incompétence notoire?, la suite du témoignage du Pr Mamadou Kalidou BA
Image
AFRIQUE DE L’OUEST : 379 MILLIONS $ POUR SOUTENIR LES SYSTÈMES STATISTIQUES DANS SEPT PAYS
Image
Tenue de l'Assemblée Générale de la Fédération de Basketball

INTERVIEWS

Image
En Afrique, «?la volonté de lutter contre la propagation du coronavirus est bien là?»
Entretien Pour Laurent Arnulf, de la société de service International SOS (1), certains pays africains ont une bonne approche de la lutte contre le Covid-19. Beaucoup ne seront cependant pas forcément capables de faire face à la grande vague de l’épidémie.

Recueilli par Agnès Rotivel,

Image
« La fusariose TR4 représente un défi immense pour la filière banane, mais aussi une opportunité » (Denis Loeillet)

Image
L'Interview de L'homme d'affaires mauritanien, Moustapha Ould Chavi : "Ghazouani fait un bon départ" (...)

"C’est même un secret polichinelle de dire que les trafiquants de drogue au Nord du Mali - poursuivis par la Communauté internationale et les appareils sécuritaires de la sous-région - ont reçu la protection du régime de Ould Abdel Aziz".(ALAKHBAR)

Image
Jean-Michel Jacques : « Au Sahel, les victoires sont discrètes mais régulières »

Image
Karamoko Labass Traoré, activiste: “Que la France quitte le Sahel, la Russie nous assistera”

Image
«La Mauritanie ne va pas rejoindre la zone Eco…» (le gouverneur de la BCM)


FAITS DIVERS

Image

Italie : Une mafia sénégalaise démantelée

Image

Un mystérieux assassinat résolu grâce au concours d’un opérateur téléphonique

Image

Dafort: Un crocodile interrompt la pêche et fait des blessés

Image

Elle ferme ses prisons par manque de prisonniers

Image

Avis de recherche : il s’appelle Oumar Séga Touré et a disparu depuis trois jours

Copyright © 2014 La Nouvelle Expression. Tous droits réservés.